L’effet Marichuy

             Silence radio! Silence tout court. Après, le 19 février, date butoir pour obtenir les signatures nécessaires pour être candidate à l’éléction présidentielle au Mexique, Marichuy se tait. Marichuy se terre. Aucune parole, ni apparition publique. Plus surprenant encore, le 8 mars lors de la rencontre internationale des femmes de Morélia, sa présence est plus que discrète et malgré une foule qui la réclame sur scène, elle ne prononcera pas le moindre mot. Evidemment, tout se joue en coulisse. Le CIG et les zapatistes peaufinent leur première parole publique. Malgré l’énorme attente qu’il y a pour tous ceux qui les ont soutenus, mais aussi tous ceux qui leur sont hostiles. Ils prennent leur temps. Comme ils savent si bien le faire.
Le premier communiqué paraîtra le 16 mars 2018 «  Convocataria al siguiente paso en la lucha » (1) où ils déclareront « Nous ne sommes pas parvenus à obtenir les signatures nécessaires, mais nous devons poursuivre notre chemin en cherchant d’autres formes, méthodes et manières, créativité et audace, pour obtenir ce que nous voulons. Notre pari n’a jamais été la prise de Pouvoir, ça a toujours été et sera l’organisation autogestionnaire, l’autonomie, la rébellion et la résistance, pour la solidarité et le soutien mutuels et pour la construction d’un monde fait de démocratie, de liberté et de justice pour tous et toutes »
Petit à petit, les lignes bougent, les mots frémissent. Fin mars, ils annoncent la tenue d’une rencontre « Conversatorio. Miradas, escuchas, palabras. Prohibido pensar ? » du 15 au 25 avril 2018 (2). Une rencontre réunissant intellectuels, journalistes, universitaires, écrivains, féministes, collectifs des tables de signatures, citoyens, etc.. L’ouverture ne se fera pas sous le signe de l’esprit et des idées mais en musique ; le 15 avril, c’est concert ! Difficile de savoir à quoi s’attendre. La curiosité est à son maximum. Alors en avant la musique! Sigue lo que sigue…

 

Lire la suite

Publicités

Preparatoria José Martí. Une pédagogie de la solidarité

             Á Ixthuatán, la preparatoria José Martí fait de la résistance. Contre les méga-projets miniers et éoliens qui se font de plus en plus féroces. Contre ce système capitaliste qui dévalue les formations où le bien-être de l’élève importe autant que celui de sa communauté. Une école qui se veut différente, et qui est vent debout pour défendre l’idée de jeunes conscientisés au service de leur communauté.
Le 7 septembre 2017, un séisme, d’une magnitude 8.5 sur l’échelle de Richter, aurait pu bouleversé ces trublions d’une éducation alternative. En quelques minutes, la preparatoria n’était plus que ruines et dévastation. Mais ce ne fut pas le cas. Loin de là !. Très vite, ils ont séché leurs larmes, relevé la tête et retroussé leurs manches. Prêt à reconstruire. Á produire des répliques de solidarité. Pour ne pas perdre leur bien le plus précieux, le bonheur de vivre ensemble sur la terre de leur ancêtres, les zapotèques et les ikoots.

Lire la suite

Palabras que caminan, Sierra Chontal – Oaxaca.

 

Marichuy en terre Chontal. No a la mineria !

             Au Mexique, il y a plusieurs façons de voyager, de se déplacer. Une des plus simples consiste de prendre un bus pour aller d’un point A à un point B. Facile mais sans réel intérêt, si ce n’est la certitude d’arriver à bon port, à une heure décente. Une autre est « transbordarse », se transborder, aller de bord en bord. Pour les pressés, les empêcheurs de rêver en rond, ce n’est même pas la peine. Pour les autres, c’est le Mexique qui s’offre dans toute sa lenteur, dans toute sa splendeur.
Marichuy et le CIG avaient promis de parcourir tout le pays, d’aller dans les zones les plus isolées pour écouter et ramener les douleurs du peuple d’en bas. Elle n’a pas menti. La région Chontal, dans l’État de Oaxaca en est la preuve vivante. Un monde rude entre montagne et Pacifique. Un monde indigène qui attend avec ferveur l’arrivée d’une femme qui leur ressemble. Pour dénoncer encore et toujours ces projets de mines mortifères qui gangrènent le pays.

Lire la suite

Ejido Tila. Deux ans d’autonomie.

             16 Décembre 2017, l’auto-gouvernement de l’ejido Tila fête ses deux ans. Deux ans de lutte, deux ans d’espoirs et de changements. Aujourd’hui, l’ambiance est à la fête et comme invitée de marque, Marichuy, la porte-parole du Conseil Indigène de Gouvernement (CIG).
Depuis, plusieurs jours déjà, la ville bruisse de mouvements et d’activités frénétiques. Chacun et chacune s’agitant dans son coin pour que la fête soit la plus belle possible ! Lire la suite

Palabras que caminan, Ejido Tila – Chiapas.

Ejido Tila. Une histoire en train de s’écrire

            «  Si no hay justicia para el pueblo que no haya paz para el gobierno ». Depuis le 16 décembre 2015, les ejidatarios (1) de Tila ont repris cette formule à la lettre. Ce jour-là, ils ont expulsé la mairie qui les avait abusés depuis bien trop longtemps. Deux ans plus tard, ils sont toujours là et ils s’apprêtent à fêter leur anniversaire en tant que peuple originaire autonome. Et comme cadeau d’anniversaire, la présence de Marichuy, la porte-parole du Conseil Indigène de Gouvernement (CIG).
Mais pour comprendre la lutte qui se joue sur ce territoire ch’ole, il nous faut revenir aux temps de la révolution mexicaine qui avait pour devise, la fameuse phrase d’Emiliano Zapata : « La terre appartient à ceux qui la travaillent ».

201712_MEX_PAT_2163

Ejido Tila.

Lire la suite

Palabras que caminan, estado de México.

Etat de Mexico, Marichuy et la douleur des femmes.

              Depuis deux mois, Marichuy parcourt le pays. Comme promis, elle est allée à la rencontre des peuples originaires de l’État de Morelos, de Puebla, de Vera Cruz, du Tabasco, de Campeche, de Jalisco. Comme promis, elle a écouté, partagé leurs espoirs, leur souffrance. À chaque fois, les mêmes litanies de douleurs et d’impunité. Marichuy et le CIG, en côtoyant ces luttes, sèment des graines de résistances à chaque rendez-vous. Comme un écho de ce Mexique rebelle qu’elle arpente avec force et conviction, avec comme unique ambition d’armer les consciences et de : « Décoloniser la pensée capitaliste et patriarcale. Nous rendre à l’évidence qu’une autre forme de gouvernement est possible et qu’entre les ruines naissent les espoirs d’un monde nouveau».
Fin Novembre, Marichuy a fait quatre escales dans l’état de Mexico, un des plus violents du pays. Deux pôles urbains où violences, féminicides et expropriations régissent le quotidien de millions de personnes (Texcoco, Ecatepec). Dans un des quartiers les plus sensibles de la capitale, Nezahuacoyotl, mais également à l’UNAM (1), où elle a longuement traité de la violence faite aux femmes.
Pour Marichuy, ces rencontres représentent un véritable défi dans un territoire où la question indigène est exsangue, où les liens de communauté n’existent quasiment plus, où les espoirs de changement sont annihilés par les stratégies de survie dans cette ville monstre qui dévore ses enfants. Chaque jour un peu plus…

Lire la suite